East West Festival 2008

Bryan est allé découvrir l'édition 2008 du East West Festival à Saint-André-Lez-Lille (59). Cette association a réuni pour la soirée deux groupes français, un groupe roumain et un dernier hongrois, en l'occurence,  l'ouverture fut de main mise par un groupe de joyeux fous revêtus de blouses d'infirmiers ou de camisole d'hôpital psychiatrique (DADABOVIC). Sur la photo si contre nous apercevons d'ailleurs une fort jolie "demoiselle" avec sa basse. Ils ont chauffé la salle surtout de par leurs pitreries. Nous n'avions pas devant nous de véritables métalleux, ni la musique dont on pouvait en attendre... Bon il en faut pour tous les goûts.

Vint ensuite le tour de prestation du groupe LEGION. Ils surent relever le niveau avec leurs trois zicos, Otto Ullmann à la guitare, Csaba Szöllösy à la basse, Cosmin Cadar à la batterie et Rudolf Stauder, dit Rudi, à la puissance vocale. Ce groupe est né en 1994 en Roumanie. Ils nous ont offert plusieurs titres de trash/metal orienté hardcore. C'est un bon groupe mais qui fut coupé par une panne de sono pour le guitariste.

Le public apprécia énormément notre LEGION. En effet, cela pogotait dur dans la salle. Et sur les photos ci-dessous nous apercevons même un slam pour des spectateurs des plus enthousiastes...

Le troisième groupe de la soirée venait de Hongrie: SUPERBUTT. Un très bon groupe de rock/metal composé de cins zicos et chanteur. Ils ont su se démener sur scène activant à nouveau le public en délire. La particularité du chanteur est de posséder une voix quelque peu hardcore mais très mélodieuse à la fois, ce qui mettait la patate aux riffs des différents gratteux.

On peut dire que SUPERBUTT possède une certaine recherche dans leur metal qui n'est pas inappréciable. Nous avons eu le droit à notre seconde panne de sono qui n'était pas d'une qualité d'écoute des plus spectaculaires, ce qui était dommage pour ces excellentes prestations. Seconde panne de la soirée, disais-je: et c'est là que dans la panique l'un des techniciens du son heurta incidemment mon appareil-photo qui fut en rade pour le reste de la soirée. Quelque peu dégoûté, de ne plus pouvroir prendre de photos, j'ai donc quitté la soirée, faisant abstraction sur le groupe-phare qui assurait le final: Black Bomb A.

Malgré ces aléas de cette soirée fantastique, Bryan tenait à remercier néanmoins les organisateurs de ce festival et nous leurs donnons rendez-vous l'année prochaine.

Translate

293 hits