Soirée heavy/trash/metal au Black Pearl

Dimanche 16 novembre dernier, Elektra et moi avions décidé d'assister à la soirée heavy/metal au Black Pearl à Laigneville (Oise). Nous avions quelque 245 kilomètres à parcourir afin d'y arriver et pour nous mettre en bouche, au bout d'une heure de route, nous avions décidé, d'un commun accord, à nous passer la dernière compile d'Yvette Ornaire (LOL). Donc en descendant de voiture, nous étions chaud comme de la braise... Le Black Pearl, petite façade à la croisée d'un carrefour dans cette petite ville de Laigneville, nous a surpris.

Nous entrons dans ce café et nous cherchons l'arrière-salle. A peine entrés, nous croisons des metalleux qui nous disent: "Tiens, on dirait bien Bryan et Elektra que voilà...". Apparemment nous étions bien arrivés: c'était nos amis du groupe Evile One avec qui nous venions de faire connaissance: sympa les gars !  A ce stade, la température de la salle de concert étant très sur-élevée, nous retournons à la voiture afin de laisser tomber la veste et prendre les bons objectifs-photo adéquats.

Puis nous retournons au Black Pearl. Arrivés de nouveau à la porte: "Bonjour, je crois bien que c'est  Bryan et Elektra...". Cette fois nous faisons la rencontre de l'un des zicos du groupe Ares. Apparemment, nos sommes plus connus à  245 bornes de chez nous que par certains de nos propres voisins (LOL).

Bon, 19 heures arrivent. Le premier groupe commence à se mettre en scène. Mince alors, c'est bien la première fois qu'une soirée commence à l'heure tapante. C'est donc au groupe ARES d'ouvrir le bal. Tiens, tiens, moi qui m'était échauffé les neurones avec Yvette, ils ont l'air d'avoir de drôles d'accordéons ces ptits gars !!! Bon, allez... entrons quand même dans le vif du sujet, avec donc Damien, au chant, qui nous fait découvrir sa superbe voix puissante et mélodieuse. Et que cela soit Stéphane à la  guitare (à gauche de la scène minuscule), le délirant Daniel à la basse, Franck à la batterie ou Fred à la guitare, tous se mettent à envoyer la purée d'un très bon heavy/metal. Le public a vite fait de monter en pression: les acclamations fusent de partout. ARES va enchainer song sur song, des plus sompteuses les unes que les autres. Les flash des appareils-photo crépitent de partout. Merde alors, mais quel superbe groupe !!! Sur la dizaine de titres qu'ils nous ont présentés, nous étions tous scotchés, vraiment trop bon !!!

Vient la première coupure, vite fait bien fait, et nous découvrons la toile de fond de scène au nom de "Evil One". Tous les membres s'emparent de la scène: Fred le chanteur, Speed à la batterie, Freddy (guitare) qui prend place à droite de la scène, Loustic à la basse et Kriss accaparent la partie gauche de celle-ci. Et là le merveilleux Fred commence à nous faire découvrir sa puissance vocale, tout en finesse. Il est véritablement sublime ce mec: toujours en train de mettre l'ambiance avec ce jeu de scène qui lui est propre. A ce stade, le publique est toujours au plus prêt de leurs stars du soir: la salle est complètement conquise devant un tel fantastique groupe. On a le droit, même, à de superbes solos de guitares de rythmiques effrénées. Kriss démonte, bien involontairement,  avec sa guitare le décor du plafond, composé de fins fils de lin tel une toile d'araignée. Bravo à Evile One, que dire de mieux: chapeau bas !

Vient maintenant la seconde coupure: toujours changement vite fait. La bannière du dernier groupe se déroule et nous découvrons "Hellhound". Là nous apercevons les membres du groupe japonais, de ???? (Tokyo) plus exactement, qui revenait direct d'Allemagne et de passage sporadique à Laigneville. Ce groupe est composé du batteur DRAGONBLASTER,  de SWORDMASTER, le bassiste, de LUCIFER'S HERITAGE à la guitare et du chanteur CROSSFIRE. Ils possédaient un look style vestes de biker couverts de transferts, bagdes à l'effigie de grands metalleux de ce monde, énormes bracelets à pointes, ceintures cloutées, lunettes noires, guitares personnalisées: wahouuuuu, cela en jetait ! Crossfire entame de sa voix puissante, passant des aigus au grave, la première song de leur show. Le public est au firmament du plaisir de l'instant. Swordmaster accompagne vocalement Crossfire. Ils possèdent une vitesse de gratte des plus rapides à leur apogée scénique. On commence à voir des slameurs effleurer le plafond, assez bas, de la salle. Plusieurs slams furent faits durant toute l'excellente prestation de ce groupe japonais. Le public était en liesse, cela sentait l'odeur saine de transpiration, la chaleur était suffocante,  tout le monde s'activait à moins d'un mètre de Hellhound. De nombreux fans pratiquaient des handbaggings très toniques. Et c'est là que j'ai enfin découvert à quoi servait ce rituel de metalleux. J'étais perché sur un banc près de la scène, un jeune à la crinière développée faisait de superbes handbaggings à mes pieds; et bien croyez moi, cela sert de véritable ventilateur très rafraichissant (LOL).

Hellhound arriva par épuiser son stock de songs prévues pour le show. Mais les fans en transe en redemandaient toujours. Nos metalleux se firent un honneur et plaisir de continuer leur tour de chant, avec des chansons déjà jouées. Et plus le public en redemandait, plus Hellhound continuait. Ils étaient visiblement très heureux d'être accueillis de la sorte par un tel public français. Nous n'avons pas pu rester jusqu'à la fin car de nombreux kilomètres nous tendaient les bras pour le retour, avec le boulot à reprendre le lendemain matin .

Cela faisait longtemps que nous n'avions pas assisté à un tel réel, superbe et beau spectacle de heavy/trash/metal dans une ambiance des plus démoniaques. Et nous tenions à remercier l'instigateur de cette soirée.

Translate

240 hits