Interview de VIRUS IV

Nous avions croisé ce merveilleux groupe de metal nommé VIRUS IV au PPM Fest à Mons en Belgique. Ce soir nous vous livrons une interview dont le band a sympathiquement  répondu à nos questions...

- Mais avant toute chose : d’où vient ce nom délirant, et à la fois génial, de votre metal band ?

Sam : Je lisais un article sur le net un soir, et je me suis retrouvé face à un nom très compliqué pour désigner un virus qui détruit les plantes mais qui, traité chimiquement, pouvait se révéler un très bon soin pour les gens ayant de petits problèmes cardiaques. J’ai fait un lien direct avec la musique du groupe qui se voulait incisive et mélodique, intense et douce aussi. Le nom originel et un peu « barbare » de ce virus ne pouvant convenir à un nom de groupe, j’ai simplement pris son numéro de référence dans le dossier que je lisais, le chiffre « 4 », VIRUS IV.

- A quelle occasion vous êtes vous rencontrés et quel en a été le désir de créer VIRUS IV ?

Sam : Magali et moi venions de quitter notre ancienne formation Over Us Eden, un groupe allemand à la musique très complexe et loin de nos racines « metal ». J’ai donc décidé de créer un groupe dans lequel nous pouvions Magali et moi, nous épanouir totalement. Mais pour que cela puisse marcher, il fallait d’autres membres aussi investi et impliqué que nous, sur un plan artistique et humain aussi. Renaut Van Oeyen, un ami de longue date avec qui j’avais partagé de nombreuses scène et avec qui je compose le prochain album, François Brisk, ex-batteur de Dyslesia, qui avait pris contacte avec Magali suite à notre annonce de recherche de musiciens et Christophe Babin, bassiste de Headline, qui partagent, tous deux, les mêmes affinités créatrices et unifie ce groupe.

- Le line-up a été complété par l’avènement de Christophe Babin à la basse, comment est venu ce changement ?

Renaut : En fait, le son de Virus IV réclamait un apport supplémentaire au niveau de la guitare. En live, le fait de n’avoir qu’un seul guitariste est vite devenu pour nous un problème car, nous n’arrivions pas à rendre la puissance voulue. De ce fait, j’ai changé de poste en reprenant la seconde guitare et, la place de bassiste se libérant, il fallait trouver un remplaçant. Après quelques recherches, Christophe s’est avéré pour nous le meilleur choix à opérer, de par la qualité de son jeu, son expérience mais aussi son état d’esprit parfaitement en accord avec le notre. Qui plus est, François ne serait plus seul au milieu de tous ces belges !

- Votre premier album « DARK SUN » possède un titre original, est-ce qu’il reflète une certaine image globale du groupe ?

Sam : Je dirais plutôt qu’il dévoile une des multiples facettes du groupe. Mais le climat musical, les textes de Dark Sun représentent bien l’univers global du groupe. Dans un paysage sombre et une atmosphère un peu pesante, il y a toujours une force, une lumière, quelque chose de positif, réalisable.

- Vous avez déjà parcouru l’Europe aux côtés de grands noms du metal, pensez-vous que VIRUS IV possède une bonne audience en France ?

Sam : Nous avons de nombreux fans en France, ils nous écrivent souvent des petits messages, avec l’éternelle question « à quand en France ? ». Nous avons joué plusieurs fois en France, dont le Raismes Fest, le publique était très accueillant et agité. La balle reste dans le camp des organisateurs français. Pour l’instant le groupe est de plus en plus sollicité dans le nord, Hollande, Allemagne etc…

- Un album est à sortir en 2010, avez-vous une date approximative de parution ou autres infos à nous donner ?

Renaut : En ce qui concerne le prochain album, nous pouvons approximativement parler de fin de cette année-ci voir début 2011 pour sa sortie.

- Lors de la composition des songs,  celles-ci sont-elles  toujours composées en pensant  à ce que Magali Luyten viendra y apposer sa superbe voix,  ou bien,  Magali ajuste t’elle son timbre de voix en fonction des compositions ?

Renaut : Le premier album à été composé en pensant laisser beaucoup de place au chant. Pour le second ce ne sera plus majoritairement le cas, chaque instrument aura sa place et aura l’occasion de s’exprimer afin de donner à la musique le caractère de chacun. Magali ajustera sa voix sur les compos mais, vu que nous sommes en démocratie musicale, les chansons se voient modifiées en fonction des idées de chacun afin d’en obtenir le meilleur.

- Question subsidiaire: si VIRUS IV devait se comparer  à un animal sauvage, quel serait-il et pour quelles raisons ?

Sam : Je dirais la panthère, pour son côté obscure et imprévisible, féroce mais fin, subtile, mystérieux. C’est du moins ce qui me vient à l’instant après lecture de cette question.

- Le mot de la fin…

Sam : Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez à VIRUS IV et j’espère pouvoir vous rencontrer prochainement à un de nos concerts. Que le virus IV se propage !