« MENTALIZE » de Andre Matos (interview)

Le Webzine Onyx Metal a nominé "MENTALIZE", le dernier album de Andre Matos, "Album du Mois" pour ce mois de février 2010. Déjà sortie au Japon depuis août de l'année dernière, "Mentalize" va sortir enfin en Europe le 1er février prochain.

Commençons par un petit flash-back sur la carrière de notre super zikos. Andre Coelho Matos est un chanteur  brésilien  né à São Paulo. Il a été successivement le chanteur des groupes de metal Viper, Angra et Shaaman et se consacre depuis octobre 2006 à sa carrière solo. Andre possède une bio assez impressionnnante avec une discographie très étendue:   1987 Soldiers Of Sunrise (Viper), 1989 Theatre Of Fate (Viper),  1992 Reaching Horizons (Demo) (Angra),  1994 Angels Cry (Angra),  1994 Evil Warning (EP) (Angra),  1996 Holy Land (Angra),  1996 Freedom Call (EP) (Angra),  1996 'Make Believe (Singles) (Angra),  1997 Make Believe (Video) (Angra),  1997 Holy Live (Angra),  1998 Fireworks (Angra),  1998 Lisbon (Single) (Angra),  1999 Rainy Nights (Single) (Angra),  2001 Virgo (projet solo),  2002 Ritual (Shaman),  2004 Ritualive (Shaman),  2005 Reason (Shaaman),  2007 Time to be Free (Andre Matos solo).

MENTALIZE est un savoureux mélange de rock metal progressif à consonance heavy. L'album est très bien ficelé et vogue de balade langoureuse à des rythmiques metallissimes avec de superbes riffs de grattes. Andre possède cette voix particulière qui lui est propre, qui laisse un arrière-goût d'âpreté lorsqu'une song se termine... trop envie que la suivante vienne vous titiller les tampans. MENTALIZE est donc un très bon album que nous conseillons à tous les fans de rock dans tout son grand art.

A l'occasion de la sortie de cet album, Andre Matos a eu la gentillesse d'offrir au Webzine Onyx Metal, ainsi qu'à tous ses lecteurs, une interview que nous vous traduisons ci-dessous:

- Depuis les débuts de votre carrière en 1987, l'arrivée d'André Matos Solo, il ya bientôt trois ans, est-elle une réelle consécration  pour vous ? Je crois que j'ai dû relever plusieurs challenges différents tout au long de ma carrière. Mais le groupe solitaire doit être considéré comme un ultime défi. Il y a un temps dans la vie d'un artiste où il doit prendre cette décision. Certains n'en ressentent pas le besoin - d'autres pensent probablement que c'est le seul moyen de continuer à faire de la musique et à livrer le meilleur. C'est effectivement ce qui s'est passé pour moi et je suis heureux d'avoir opté pour une  telle opportunité.

- Votre album "Mentalize" sorti en août 2009 au Japon, puis en septembre de la même année au Brésil: cela veut-il dire que vous avez acquis un plus grand public au Japon ? Une bonne chose à propos du public japonais, c'est qu'ils sont très fidèles à leurs artistes préférés et de leurs goûts musicaux. Bien que le Japon ait également subi des changements dans le marché musical, ce genre de musique est toujours l'un des plus forts là-bas et ils ont toujours suivi mes pas dans la musique, que ce soit dans les bandes ou dans la carrière solo. Il est, en effet, un des publics les plus importants.

- Quel public de notre bonne vieille planète Terre, appréciez-vous le mieux en terme de concert ? D'ailleurs les Japonais, comme mentionné, je dois dire que chaque pays apporte différentes entrées ou des rétro-actions. Il y a des pays où tu pourrais être plus connu, mais il est aussi excitant de découvrir de nouveaux endroits et d'introduire de nouveaux fans à mon répertoire. Notamment les publics classiques, qui étaient toujours fantastiques, parmi lesquels je citerai les français, les italiens, les espagnols et les grecs. Récemment, nous avons eu la chance de visiter la partie centrale de l'Europe et je suis très surpris: les pays comme la Slovaquie, la République Tchèque, la Russie, la Roumanie et la Hongrie sont une grande révélation. Et dans notre propre continent, nous avons aussi une très bonne audience. Le Brésil est un pays immense pour le rock, du nord au sud. Nous pourrions passer une année entière en tournée là-bas. Non moins importantes sont l'Argentine, le Chili, le Mexique, la Colombie, le Venezuela, l'Equateur, le Pérou...

- Quels sont les rapports humains avec les musiciens qui vous accompagnent ? À mon avis, il doit toujours y avoir une relation agréable au sein du groupe, sinon, la musique ne sera pas le même. La plupart des musiciens avec qui je joue dans la bande sont mes partenaires musicaux, depuis plus de 15 ans. La relation est très professionnelle, mais dans un même temps, très amicale. Nous aimons être ensemble, faisant du tourisme ou s'activant à  l'enregistrement - et quand il faut mettre les bouchés doubles, nous pouvons tous compter les uns sur les autres.

- Votre prochain album sort début février en Europe, pensez-vous en profiter pour faire une tournée avec des concerts en France ? C'est tout à fait l'un des objectifs. Nous nous attendons à jouer dans certains des festivals d'été européens, et, d'ailleurs, je tiens à effectuer quelques concerts globaux dans certains pays d'Europe. C'est la meilleure façon d'être en mesure de présenter un spectacle complet. La France est une priorité.

- D'où vient l'inspiration pour la création de "Mentalize" - qui compose les textes et les mélodies ? Normalement, je compose les mélodies et écris les textes moi-même, à l'exception de quelques parties qui ont été écrites par des compagnons de groupe et co-écrite par l'équipe de production impliquée dans cet album, comme Sascha Paeth, Corciolli et Amanda Somerville. L'inspiration vient normalement à partir d'un concept général. Bien que je ne dirais pas que c'est un album strictement concept, il est en effet accroché à une idée principale. C'est très important pour donner une cohésion à toutes les chansons et les paroles ensemble.

Pour terminer...

Je tiens à remercier le public français pour son "soutien" tout au long des années. Pas moins que les Japonais, les Français sont très fidèles et chaleureux. C'est un pays où j'ai vécu de grands moments dans ma carrière et sûrement qu'il y aura encore d'autres grands événements à venir !