SCORPIONS: plus une renaissance qu’une tournée d’adieu

Samedi 10 avril 2010 - Le webzine ONYX METAL était présent au PPM Fest 2010 à Mons (Belgique) où la tête d'affiche de la soirée était le groupe de rock metal SCORPIONS. Mais au total, les organisateurs du festival avaient invité 17 groupes de metal toutes tendances confondues. Cette édition 2010 a été une superbe réussite où le public était venu nombreux au rendez-vous. Nous avons croisé de nombreux metalleux venus de différentes région de France d'ailleurs...

Virus IV

L'une des têtes d'affiche très plus attendues du festival  entra sur scène aux environs de 15 H 10 pour un show de 40 minutes. Ce groupe est originaire de Belgique. Il est composé par l'excellente chanteuse MAGALI LUYTEN, un petit bout de femme qui possède une voix des plus rock et poignante: le style de voix où l'on ne peut rester indifférent. Samuel Arkan (guitariste)  est le fondateur de Virus IV, il aime façonner le son du groupe. Renaut Van Oeyen à la guitare, Christophe Babin à la basse et François Brisk aux percussions, viennent finaliser la composition de ce metal band.

VIRUS IV est loin d'être à ses débuts et les membres ont participé  à de nombreux concerts depuis leur début en 2006. Ils jouent plus aisément en Belgique ou Luxembourg. Cela serait cool de pouvoir les admirer sur les planches d'une des bonne salle de concert en France. Il va s'en dire que Virus IV ferait un tabac. Le public présent au Lotto Mons Expo ne s'en est pas trompé et a fortement encouragé ce merveilleux groupe...

Adagio

Voici à peine une dizaine de jours que nous avions découvert ADAGIO à l'Elysée-Montmartre en première partie de Kamelot, toujours aussi agréable à redécouvrir.  Ce groupe est orienté heavy thrash metal. Nos metalleux aiment montrer leurs belles chevelures dans des headbanggings.

Ils dégagent tous un certain charisme et le public a vite fait de participer à leur jeux scéniques. Dommage que le groupe ait joué sur la petite scène... C'est l'un des groupes incontournables du metal contemporain. Le chanteur Mats Levén  a pour habitude de vous en envoyer  plein les oreilles : que du bonheur !  C'est "LE" groupe à voir absolument sur scène car ils dépotent un max ces petits gars. A noter que Adagio vient de terminer une tournée européenne à bride abattue.

Scorpions

 

Sommes-nous obligés de vous présenter ce metal band allemand créé en 1965, nous ne pensons pas. Par contre, comme nous l'annoncions il y a quelques temps, ce légendaire groupe de hard rock met fin à sa carrière après, donc, 45 années de carrière, une bonne quarantaine d'albums, Live, compilations ou vidéos à son actif, sans compter tous les concerts produits de par le monde. Aujourd'hui, il ne reste plus beaucoup des membres originaux créateurs du groupe, outre Rudolf Schenker (guitare rythmique) qui a suivi Scorpions depuis ses débuts. Le second membre, et non des moindres, le chanteur Klaus Meine arrivé en 1968 qui a toujours fait l'identité du groupe, était bien présent également en cette soirée. Les "plus jeunes" des derniers arrivés est James Kottak, le batteur, présent depuis ces quinze dernières années maintenant au sein du groupe et le bassiste Pawel Maciwoda, polonais d'origine, et arrivé en 2004.

Le festival était réalisé sur deux scènes, laissant un délai d'attente de cinq minutes entre deux groupes. Pour l'occasion, les fans de SCORPIONS ont quelque peu zappé le groupe précédent, afin de "camper" pour obtenir une place au plus près de la scène...

 

Il est un peu plus de 22 heures 30 quand l'intensité lumineuse de la salle diminue faisant monter d'un cran la tension au sein du public. Le plateau de la batterie s'élève doucement pour finir sa course à hauteur d'un écran lumineux où s'affiche des messages subliminaux "Rock'n'Roll". Une lueur de projecteur s'illumine petit à petit en-dessous des percussions. Soudain une porte s'entrouve, laissant s'échapper un nuage de fumée. On pressent une silhouette humaine: Klaus ouvre le pas et entre le premier en scène sous les clameurs des fans. Les autres membres de Scorpions entrent ensuite les uns dernières les autres: on avait l'impression d'être dans un autre monde, comme dans un film de science-fiction: le public exulte !!!

Les premières notes sont jouées, la voix de Klaus résonne comme une véritable voix de bénédiction: un grand moment de l'histoire du metal est en train de s'ouvrir devant nos yeux ébahis. Le premier refrain entonné, que déjà l'assemblée présente reprend en choeur celui-ci. Voilà les premiers prémices d'un bel instant de bonheur... bonheur qui, somme toute, montera d'un cran à chaque song tout au long de la soirée. Et oui, car en guise de tournée d'adieu de SCORPIONS nous étions bien en présence  d'une véritable renaissance: c'était incommensurablement trop bon !!!

Les zikos de Scorpions aimaient aller au contact de leurs fans, en jetant des baguettes de batterie de-ci, ou des médiators de-là... Et durant ce temps, les titres s'enchainent doucement, un à un, durant une heure et demie. A minuit, les membres du groupe Scorpions se replient: la fin du concert est malheureusement arrivée. Mais que neni. Le public fait une superbe ovation en un rappel du tonnerre, en vibrant hommage au groupe. SCORPIONS revient sur scène afin de sublimer cette demande avec, si ce n'est, l'une des plus belles balades au monde "Still loving you". Et l'on peut voir des couples s'enlaçer afin de danser ce dernier slow en live sur un mythique Scorpion. Un second titre emboita le pas à ce fringuant rappel des fans. Cette song nous ne la nommerons pas, mais nous pourrions aisément la siffler... on vous laisse deviner.

L'un des derniers concerts de Scorpions a donc ressemblé plus vraisemblablement à une inconditionnelle résurrection qu'à une tournée d'adieu...

 

 

Translate

269 hits