Interview de Lex Koritni, du metal band KORITNI

Réalisation en juin 2015 par Alain BOUCLY pour Onyx Metal Webzine - Traduction : Sandrine CHATEL. «Cette interview a été traduite de l'anglais et reprend mot pour mot ce que Lex nous a confié».

Cette interview de Lex Koritni, chanteur du groupe Koritni a été réalisée, suite à la sortie de l'album “Night Goes On For Days”.

koritni band

  • Vous venez de sortir votre 4me album studio “Night Goes On For Days”, nom d'un morceau de l'album. Pourquoi avez vous choisi ce titre et quelle est sa signification ?

Et bien ça peut être cliché mais jouer de la musique et vivre le style de vie qui l'accompagne veut souvent dire que la nuit peut durer plusieurs jours, c'est toujours dur d'arrêter de s'amuser. Nous avons choisi ce titre particulier parce qu'il est assez ambigu, ça peut faire référence à faire la fête, à être bloqué dans le noir comme une dépression, et ça peut même être sexuel, être au lit plusieurs jours avec quelqu'un ne semble pas si mal, pas vrai ?

  • Comment faites vous pour composer, mettre vos idées en commun et les finaliser, tout en étant dispersés aux quatre coins du monde ?

C'est toujours un défi, même lorsque je vivais en Australie on était toujours en vacances et on voyageait, ou on visitait des proches dans d'autres pays. Mais maintenant avec internet ça ne pose pas vraiment de problèmes. En plus, les compositeurs principaux du groupe sont Eddy et moi donc tant que nous pouvons nous envoyer quelques idées par mail tout fonctionne bien pour la composition. Pour l'enregistrement c'est un peu plus compliqué : nous avons utilisé cinq studios différents dans des pays différents pour tout l'enregistrement. L'été dernier nous avons même organisé la tournée des festivals juste pour faire venir Eddy en France pour qu'il enregistre certains morceaux à la guitare. Donc l'organisation peut parfois être un cauchemar, c'est pour ça que j'ai joué un peu de guitare sur cet album, c'était juste plus simple comme ça, je ne suis pas sûr que quelqu'un l'ait remarqué.

  • Tu composes l'ensemble des textes, quelles sont tes sources d'inspiration, et y a t-il des thèmes qui sont importants pour toi ?

Juste des thèmes de ma vie, clairement il y a quelques morceaux sur l'amour, le sexe et l'alcool, avec un peu de chance on peut avoir les trois en même temps  Mais d'autres morceaux ont des thèmes plus importants comme “Little Man” qui parle de mon village natal en Australie. Je n'y ai pas vraiment vécu depuis environ huit ans et la dernière fois que j'y suis retourné c'était il y a trois – quatre ans. Tout avait changé : beaucoup de petits magasins comme les stations essence ont été remplacées par un B.P. ou Shell, ce qui est triste parce que les anciennes étaient comme dans les films, le mec sortait, mettait de l'essence dans ta voiture, nettoyait ton pare-brise, te parlait du temps qu'il fait. C'est bien d'avoir ce service, maintenant la plupart du temps tu vas à Carrefour ou à Auchan et tu n'es même pas servi par une personne, tu dois scanner toutes tes courses dans une machine, faire avec le système de balance de merde et partir. Super la conversation. La seule conversation que j'ai dans ces situations c'est la machine qui dit «le poids de l'article est incorrect», et moi qui répond «va te faire foutre saloperie».

  • Peux-tu nous parler un peu des musiciens qui sont invités à jouer sur quelques morceaux du nouvel album, et comment as tu fait pour les convaincre ?

Sachant que j'ai fait deux tournées avec Vivi c'était un choix évident. C'est un mec super et un super musicien aussi donc c'était un plaisir de travailler avec lui, et c'était une bonne excuse pour aller chez lui et faire un barbecue. On mange toujours bien chez Vivi ! Farid je l'ai vu plusieurs fois avec Vivi, il a fait un morceau avec nous pendant la dernière tournée au Festival Nuit de la Guitare en Corse, et nous avons aussi utilisé sa batterie pour enregistrer beaucoup de morceaux, donc quand il a du venir au studio nous apporter sa batterie c'était normal qu'il fasse quelques morceaux juste pour être sûr que tout fonctionne bien ! Pour Mr John Coghlan, je l'ai rencontré lors d'un festival dans le sud il y a environ cinq ans, et lui et son groupe étaient super (et j'ai toujours été un fan de Status Quo), alors quand nous avons voulu inviter des musiciens nous l'avons appelé, nous lui avons envoyé les morceaux, il les a aimés et nous a dit oui. Je crois qu'il a apprécié le dîner et le vin autant que l'enregistrement.

  • Mat, fidèle à la basse sur album, et Luke feront-ils partie du line-up lors de la prochaine tournée ?

Comme dit précédemment nous vivons aux quatre coins du monde, et organiser une tournée est toujours difficile. S'ils sont disponibles ils feront la tournée. Mais vous pouvez être sûrs que j'y serai, ne vous inquiétez pas pour ça.

  • L'artwork de l'album “Night Goes On For Days", semble assez mystérieux, que représente t-il et quelle est sa signification ?

Ça peut vouloir dire tout ce que vous pensez, considérant la diversité de cet album. Le fait qu'il y ait du rock, du hard rock, du Blues, même des influences country, a fait que je ne voulais pas une image définie. L'atmosphère ambiguë de l'image est intéressante parce qu'elle peut signifier ce que le spectateur pense. Nous avons donné le nom de l'album à Mark Wilkinson et c'est l'image qu'il nous a envoyé, nous l'avons tous aimée et maintenant elle est sur le CD, aussi simple que ça.

  • Quel est pour toi le titre de Koritni qui représente le mieux le groupe ? Celui par exemple que tu conseillerais à quelqu'un pour vous découvrir ?

C'est une question difficile parce que ça dépend vraiment de la personne, je veux dire que nous avons fait beaucoup de morceaux différents, je ne pense pas que nous avons juste enregistré le même morceau ou le même album quatre fois. Mais si c'est un fan de hard rock je dirais “Take It Like A Man” ou “Horns Up” ; si c'est un fan de blues je dirais “Keep Me Breathing” ou “Watre Of Life” ; si c'est une fille je dirais «quel âge as-tu et est-ce que je peux avoir tes coordonnées ?» ; si c'est une femme je dirais “Hold On” ou “Woman In Love” ; et si c'est un gay je dirais «vas écouter Queen ou George Michael».

  • Quels sont vos projets pour les mois à venir ?

Maintenant je travaille sur de nouveaux morceaux pour le prochain album (quand je ne fais pas d'interviews pour celui là). Nous avons déjà enregistré la plupart du prochain album et je termine juste les derniers morceaux, donc vous allez avoir un nouvel album de Koritni plus tôt que vous ne le pensez. Donc je serai de retour en studio les prochains mois. Je viens de passer la plus grande partie de l'année dernière en studio donc j'ai prévu de prendre des vacances aussi, j'irai peut-être à Barcelone en août.

  • Comment expliques-tu cette proximité entre Koritni et la France ?

Qu'en est-il de ça : 1. Eddy est français 2. Je vis à Paris 3. Notre manager est aussi français 4. La maison de disque est française 5. La nourriture et le vin sont les meilleurs au monde et j'aime les deux 6. Les fans sont super... Je pourrais en dire encore une vingtaine mais je crois que vous avez compris l'idée.

  • Tu écoutes quoi en ce moment ?

Je viens juste de redécouvrir l'album “Batman” de Prince, en ce moment dans ma voiture je passe le nouvel album du Manu Livertout Band, sur lequel je suis invité. Mais aussi John Cougar MellencampThe lonesome Jubilee”, et un groupe des années 90 qui s'appelle Johnny Crash, ils ont fait un seul album appelé “Neighbourhood Threat”, un super album !

  • Pour terminer cette interview, as-tu un message spécial pour les lecteurs de Onyx-Metal ?

Oui, ne garez pas votre voiture sous un arbre dans lequel les pigeons dorment, croyez-mois je sais ce que c'est.

Merci !

KoritniTranslate

635 hits