18me CONVENTION ROCK N’ METAL

Fidèle à la tradition, le premier dimanche de mars est réservé à l'événement organisé à Fismes par Underground Investigation. Les portes de la salle des fêtes ouvrent à 10 heures et déjà de nombreux metalleux sont présents pour cette 18me Convention Rock n' Metal. Le programme est alléchant avec pas moins de 10 groupes à l'affiche, tout en ayant l'occasion de fouiner sur les nombreux stands de vinyles, CD et objets de tous genres afin de dénicher la perle rare.

C'est DARKSIDE qui a l'honneur d'ouvrir les hostilités, délivrant un hard rock "classique" aux compositions intéressantes. Les 2 guitaristes sont complémentaires, même si le son n'est pas toujours optimal pour apprécier leur jeu à leur juste valeur. Les Troyens occupent bien l'espace scénique, principalement Aurélien à la basse qui prend les poses à la manière d'un Steve Harris. Justement, le set se clôture de la plus belle des manières avec la reprise de Wratchild d'Iron Maiden.

  • DARKSIDE Setlist
  1. Sans Nom
  2. Rêves Tragiques
  3. Money Run
  4. La ronde Des Puissants
  5. Cité
  6. Wratchild (cover Iron Maiden)

Les 20 minutes allouées au changement de plateau donnent l'occasion de se retrouver entre amis. Il est vrai que les habitués sont au rendez-vous et que c'est toujours un plaisir de partager une bière entre passionnés, tout en échangeant sur notre musique préférée.

La formation nancéenne GHORD investit la scène pour nous délivrer un trash metal un peu stéréotypé mais qui fait parler son expérience. Habitué aux changements de line-up depuis 2004, le quatuor sera amputé de son chanteur, Nico n'ayant pu se libérer des ses obligations professionnelles. C'est donc le guitariste qui assurera le poste de hurleur en se donnant à fond.

Les rythmiques rapides d'une lourdeur extrême ne faibliront pas durant l'ensemble du set, le groupe se donnant à fond durant une demi-heure dévastatrice.

L'enchainement des titres Sublime Disasters/Black Heaven fait mouche, idéal pour terminer une prestation devant laquelle l'assistance n'a pas montré un enthousiaste débordant malgré toute la bonne volonté du groupe.

  • GHORD Setlist
  1. Underworld In Mourning
  2. March With The Devil
  3. Last Breath
  4. Blasphemy
  5. Mentally Blind
  6. Bloodsuckers
  7. Immortalis
  8. Sublime Disasters
  9. Black Heaven

Le public commence à se rapprocher de la scène lors des premières notes annonçant l'arrivée de THE BYMZ.

La qualité du son monte d'un cran, tout comme la conviction des 4 musiciens bien décidés à conquérir l'audience. Ce groupe, tout droit sorti des 80's fait preuve d'un belle cohésion malgré à peine quatre années d'existence. Le chanteur ne déroge pas à la règle, avec sa veste à patches et le jeans troué... Les poses ne sont pas en reste, jouant avec le pied de micro à la façon d'un David Coverdale. Sa voix colle parfaitement au style hard rock U.S, même si le timbre aigü peut devenir lassant à la longue.

L'ensemble est bien en place, ce qui permet à un public déjà nombreux d'apprécier l'interprétation de Street Survivors en l'hommage au sudistes de Lynyrd Skynyrd.

Ce groupe des Ardennes est à suivre de près, avec un temps de jeu plus consistant.

  • THE BYMZ Setlist
  1. Intro-Nconneuse
  2. Fastlane
  3. Not Enough
  4. Hight & Short
  5. Street Survivors
  6. Lay Down Stay Down
  7. Best Savoured Cold

Changement de style radical avec le death metal old school de DEATH AGONY. Le combo envoie sans fioritures des riffs dévastateurs, démontrant une puissance rythmique bien mise en avant. L'impact est sans concessions, ça envoie du lourd avec Milouse, un guitariste qui officie également au micro, devant les adeptes de sons saturés qui se sont retrouvés au premier rang.

Quelques temps morts dans les enchainements font retomber l'ambiance d'un set de 30 minutes, dans la lignée de Behemoth ou Vader, que les spécialistes du genre auront apprécié.

  • DEATH AGONY Setlist
  1. Intro
  2. The Silence Of The Dead
  3. Self Destruction Of A Divine Creation
  4. My Own Funeral
  5. The Beast Within
  6. This Rotting Flesh
  7. Burial

La foule devient plus dense lorsque, sur le coup de 14 heures, EGO MISS BLINDED monte sur scène. Le power rock de ce groupe de la région parisienne est parfaitement structuré, les morceaux se succédant avec efficacité. Quant on sait que nos 4 lascars sont ensemble depuis à peine un an, on risque d'en entendre parler au vu de leurs indéniables qualités.

Le chant de Phil est en place, bien dosé, tout en ne ménageant pas ses efforts pour faire bouger un public, beaucoup plus compact aux premiers rangs. Les titres s'enchainent entre les variations de tempos plus ou moins rapides, propulsés par une paire basse, batterie à l'énergie sans faille. Voilà une excellente découverte d'un groupe formé récemment, qui fait déjà preuve de beaucoup de maturité.

  • EGO MISS BLINDED Setlist
  1. Lost
  2. The Road To The West
  3. Bad Game
  4. The Sun Of My Existance
  5. My Car Against The Wall
  6. The Knife To Your Throat
  7. The Price To Pay

Le magnifique backdrop d'HOPES OF FREEDOM est en place. Les Normands restent immobiles pendant l'intro instrumentale qui nous plongera tout de suite dans l'ambiance de leur folk metal, tendance power... Le son est excellent, ce qui permet d'apprécier à sa juste valeur les lignes mélodiques accrocheuses qui se succèdent et les solos distillés avec maîtrise.

Le chant de Lucas parait en retrait, même s'il est en progrès par rapport aux concerts vus à Rouen et Gravenchon ces 2 dernières années. Même si cela n'était pas forcément évident d'intégrer un style plus "progressif" à l'affiche, le public de Fismes a réservé un bel accueil aux musiciens auteurs d'une prestation aboutie.

  • HOPES OF FREEDOM Setlist
  1. Intro
  2. Your Life In My Hands
  3. Ride In The Sky
  4. The Call
  5. The Fight
  6. Outro

Voilà un groupe qui mise tout sur le visuel, mettant tout en œuvre pour attirer l'attention.  L'importance du show commence d'entrée de jeu avec quelques effets pyrotechniques et une pierre tombale en guise de décor.

Le hard rock de FACTOR HATE lorgne du côté d'Alice Cooper: le frontman utilisant les mêmes accessoires en plus soft... canne et sang lors de You're In The Nightmare, camisole et hache pendant Asylum, épée, nous sommes loin de l'intensité de Welcome In My Nightmare !

Et musicalement me direz-vous ? Nous avons affaire à un hard rock de bonne facture, malheureusement desservi par un son qui aura tendance à saturer par moments il y a de bonnes idées dans le concept, mais pourquoi ne pas faire preuve d'un peu plus d'originalité ?

  • FACTOR HATE Setlist
  1. You're In The Nightmare
  2. Black Roses
  3. Riding Fast And High
  4. Raise Your Hands
  5. Asylum
  6. The Watcher

Formé en 2006, le trio nordiste TYSON BOOGIE envoie un bon vieux hard rock boogie très efficace. Après avoir apprécié leur prestation sur la grande scène du Raismesfest l'an dernier, c'est un réel plaisir que l'on reprend une bonne dose de riffs survitaminés, balancés avec une énergie communicative.

L'ambiance monte d'un cran car le public de plus en plus nombreux ne s'y trompe pas. La succession des morceaux estampillés AC/DC, Motörhead ou Ramones fait mouche, emmenés par Kal à la basse et au chant, assuré avec brio. Les transitions sont bien senties, avec une présentation de chaque titre non dénouée d'humour. Voilà une nouvelle démonstration de la qualité indéniable de ce groupe que l'on aurait aimé voir jouer plus longtemps.

  • TYSON BOOGIE Setlist
  1. Long Life
  2. Big Up Bam Bam
  3. Never Confused
  4. Talk To My Hand
  5. Rock Your City
  6. Yipee Kay Yay MF
  7. Phil Lenott
  8. Wrestling Beer & RNR
  9. Undertaker
  10. Bastard Song

Drakkar

DRAKKAR en concert c’est toujours un évènement et les Belges vont une nouvelle fois nous balancer leur speed metal parfaitement maîtrisé. Le son est surpuissant, parfois à la limite de la saturation, mais cela n'empêche pas d'apprécier une set-list faisant la part belles aux titres les plus speed.

L'intensité du set ne faiblit pas avec une succession de titres bien rentre dedans. Le groupe prend toute sa dimension sur scène, les guitaristes, bassiste alternant les poses et Leny qui assure les parties vocales sans faiblir. Malgré les différents changements de musiciens, Drakkar a su retrouver une complicité musicale autour des 2 guitaristes fondateurs Richard Tiborcz "Richy" et Thierry Del Cane.

Rares sont les formations évoluant à 3 guitares, ceci expliquant peut être le mixage qui n'a pas toujours offert un rendu optimal pour apprécier le jeu de chacun.

  • DRAKKAR Setlist
  1. Once Upon A time In Hell
  2. Saint Bartholomenw's Night
  3. Rise And Fight
  4. Lords Of The Noth
  5. Lost
  6. A Destiny That Does Not Heal
  7. Scream It Loud

Natchez c’est 28 ans d'existence, ce qui est et rare pour un groupe de l'hexagone. Les fans qui ont fait le déplacement ont vibré pendant plus d'une heure aux accords d'un rock sudiste d'excellente facture. La qualité du son est au top lorsque les guitares s'amusent à envoyer des solis énergiques et d'une précision diabolique, dignes d'un Molly Hatchet ou Blackfoot.

Le duo rythmique propulse efficacement l'ensemble, chacun démontrant une technique irréprochable. On se prend à taper du pied sur chaque titre, les musiciens sont en parfaite osmose pour transmettre au public une montée en puissance qui s'achèvera par Freebird de Lynyrd Skynyrd.

Quel régal d'assister à l'hommage de cette légende du southern rock, grâce à ce titre impressionnant de maitrise dans son interprétation. L'expérience de Natchez a parlé et une fois de plus, c'est un public conquis par la joie communicative des musiciens, heureux d'être là pour partager ce moment d'une belle intensité.

  • NATCHEZ Setlist
  1. Tais Toi
  2. Coude Sur Le Bar
  3. Je Marcherai Droit
  4. Canicule Boogie
  5. Chaman
  6. Take Me Home Tonite
  7. Gotta Hit The Ground
  8. Get It Right
  9. Constant Sorrow
  10. Climb Aboard
  11. Pêche D'Enfer
  12. Paradis Avec Toi
  13. Electric Speed Woman
  14. FreeBird

NatchezCette 18me édition de la Convention Rock n' Metal a été une véritable réussite sur tous les points. Le public a répondu présent avec plus de 450 personnes venues passer cette journée entre passionnés, dans une ambiance conviviale.

Bravo à l'ensemble de l'organisation pour le choix et la variété de la programmation, tous les styles étant représentés. Merci également à Underground Investigation, Sylvain Cotté et les bénévoles pour leur implication dans l'organisation d'un tel événement.

Rendez-vous l'année prochaine, sans oublier le Hard Rock le 25 avril et le British Steel le 03 octobre 2015.

Retrouvez toutes les photos des groupes.

Translate

513 hits