U.D.O au Forum de Vauréal

05 avril 2015 - U.D.O est de retour en France afin de promouvoir son 15me album studio intitulé “Decadent”. Et c'est le Forum de Vauréal, toujours à l'affût pour programmer des groupes de qualité, que l'ancien chanteur de Accept se produira pour cette date unique dans notre pays. Les Autrichiens de Garage Days et les Suédois(e) de Sister Sin ont le privilège d'assurer les premières partir lors de cette méga tournée européenne.

Garag DaysLa soirée va débuter de la plus belle des manières avec Garage Days, qui délivre un mélange de trash et de heavy très efficace. Le quatuor, formé en 2005, est emmené par Marco Kern au chant et à la guitare rythmique. Il ne laisse aucun répit a public lorsqu'il le fait participer sur le mélodique “Scars Of Live”. Dominik Eder fait claquer sa basse, démontrant une bonne complémentarité avec la puissance de Mattias Mai qui martèle ses futs comme si sa vie en dépendait. L'influence de Metallica se fait sentir sur le speedé “Piece Of Shit”, qui aura le mérite de mettre en valeur Rene Auer, faisant preuve d'une belle dextérité lors d'un solo hyper rapide. L'énergie du groupe dépensée durant ces 40 minutes fait plaisir à voir, la foule qui devient de plus en plus dense ne s'y est pas trompée, réservant aux Autrichiens une ovation méritée.

  1. Streets
  2. Bleeding Days
  3. Never Give Up
  4. Lord Of Darkness
  5. Scars Of Life
  6. Paradise Lost
  7. Piece Of Shit

Sister SinAvec Sister Sin, l'ambiance monte d'un cran, sur scène comme dans la fosse. L'arrivée de Liv Jagrell ne passe pas inaperçue, vêtue d'un débardeur noir et d'un short rouge et noir recouvrant un collant résilles. Elle est impressionnante de vitalité, arpentant la scène d'un bout à l'autre et headbanguant entre les parties vocales. Liv est en grande forme, sa voix rauque et puissante restera à un niveau très élevé durant tout le show. Un show bien rodé, les Suédois démontrant qu'il sont véritablement un groupe qui s'exprime pleinement en live. Formés en 2002, leur expérience à ce niveau n'est plus à démontrer au vu de leurs nombreuses tournées, notamment avec Mortorhead aux Etats Unis. Liv se couvre d'une casquette au style militaire pour interpréter “Chaos Royale”, tout en allant au contact des premiers rangs, afin de mieux partager son énergie débordante. Les soli de Jimmy Hiltula sont impressionnant d'agressivité, tout comme la section rythmique qui propulse l'ensemble avec fougue. Il fallait oser reprendre “24/7”, extrait de l'album “Metallized” de U.D.O., juste avant la prestation du chanteur allemand ! L'ambiance est montée d'un cran, lors de l'enchainement des trois derniers morceaux c'est l'efficacité qui prime ! Voilà un groupe qui ne se pose pas de questions, ça envoie du début à la fin avec une pêche communicative!

  1. Food For Worms
  2. Outrage
  3. Chaos Royale
  4. Heading For Hell
  5. 24/7 (UDO Cover)
  6. Desert Queen
  7. Fight Song
  8. Hearts Of Cold

U.D.OC'est un véritable best of de Udo Dirkschneider qui nous est proposé ce soir. Naturellement, plusieurs titres de l'album “Decadent” seront à l'honneur, mais l'ensemble des morceaux choisis va nous faire vivre un concert exceptionnel en tout points. La configuration de la scène est superbement agencée. Les amplis, placés latéralement, laissent un espace scénique beaucoup plus grand. La double grosse caisse de Sven Dirkschneider est disposée sur la gauche, laissant l'autre côté pour les claviers, le tout orné de filets camouflage du plus bel effet. Dès le premier titre “Speeder”, extrait du dernier album, on se rend compte que l'on va assister un concert mémorable, car l'acoustique est parfaite, à la fois claire et puissante. Les lights magnifiques sont parfaitement dosés pour que tous le groupe soit à son avantage, un peu à l'ancienne avec une multitude de coloris et de rayons de lumière en façade. U.D.OL'intro aux claviers de “Tears Of A Clown” permet au public de taper dans ses mains pour accompagner cette mélodie touchante. S'en suit le poignant “Secrets In Paradise” avec uniquement les 2 guitares acoustiques et la voix de Udo, puis le contraste de l'enchainement électrique tout en puissance. Kasperi Heikkinen en profite pour placer un soli remarquable de maitrise et de technicité. C'est la rythmique plombée de “Faceless World” qui enchaine sans temps mort, avec un duo de guitares au riffs des plus tranchants. Entre chaque titre, le public scande Udo! Udo! Udo! Tel un panzer qui défonce tout sur son passage, le groupe se donne à fond. Les guitaristes font le show, multipliant les poses, même Udo vient les prendre par l'épaule. Il n'hésite pas à s'avancer au bord de la scène, pour le plus grand plaisir d'une foule conquise. Mais c'est bien les titres de Accept que les fans de la première heure sont venus entendre. Et les classiques ne vont pas manquer avec “Metal Heart”, “I’m A Rebel” et “Fast As a Shark” . U.D.OL'annonce par le bassiste de l'anniversaire de Udo le lendemain a déclenché un ‹happy birthday to you› chanté par le public, le chanteur paraissant ému par cette belle intention. Passé cette surprise, c'est l'heure des hymnes que tut le monde attend : “Princess Of The Dawn” et “Balls To The Walls” permettront une dernière fois à l'audience de se faire entendre, entre les guitares agressives et une batterie survoltée. Ce concert a été d'une rare intensité pendant près de 2 heures, permettant aux 400 personnes présentes de passer un moment inoubliable en compagnie d'une des légendes du heavy metal Allemand. C'est aussi le privilège des salles à taille humaine de pouvoir vivre ces émotions uniques.

  1. Blitz Of Lightning
  2. King Of Mean
  3. Decadent
  4. Independence Day
  5. Black Widow
  6. Never Cross My Way
  7. The Bullet And The Bomb
  8. Under Your Skin
  9. Tears Of A Clown
  10. Secrets In Paradise
  11. Faceless World
  12. Pain
  13. Untouchable
  14. Let Me Out
  15. Metal Machine
  16. Metal Eater
  17. Break The Rules
  18. Metal Heart
  19. I’m A Rebel
  20. Fast As a Shark
  21. Princess Of The Dawn
  22. Animal House
  23. Balls To The Walls
Translate

244 hits